0809 100 250 lundi au vendredi | 9h-20h Contactez-nous
Pour bénéficier de
nos services en ligne :
Demandez vos identifiants

Mutuelle obligatoire : les français veulent choisir leur couverture

S'il reste encore un peu plus d'un an avant que toutes les entreprises françaises proposent à leurs employés une complémentaire santé obligatoire, il s'avère qu'une majorité de français souhaite rester "maitre" de ses garanties.

Conserver le choix des prestations de mutuelle

A l'heure actuelle, à moins d'être salarié d'une entreprise proposant déjà une complémentaire, la mutuelle est souscrite de manière personnelle (pour soi ou pour toute la famille) auprès d'un organisme assureur. Il revient alors à chacun de choisir les options et garanties de sa complémentaire, de la formule de base couvrant un panier de soins minimal aux complémentaires plus poussées assurant des remboursements plus généreux. Or, cette liberté dans le choix des garanties, les français semblent bel et bien vouloir la conserver : 66% d'entre eux se déclarent ainsi contre le côté obligatoire de la mutuelle entreprise prévue pour le 1er janvier 2016, et 64% affirment vouloir conserver le choix des prestations (selon le baromètre de la FNIM – Fédération Nationale Indépendante des Mutuelles). Alors que 90% des sondés ont déclaré être satisfaits de leur complémentaire santé, la volonté d'être mieux pris en charge est très nette pour une partie de la population : 30% du panel indiquent être prêts à payer plus pour être mieux couverts.

Une dichotomie entre le rôle de mutuelle obligatoire et l'opinion publique

Si les français semblent en majorité d'accord pour avancer que c'est n'est pas à l'entreprise d'intervenir pour assurer une meilleure couverture, c'est pourtant bien dans cette optique qu'a été pensé l'Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 à l'origine de la complémentaire santé obligatoire en entreprise dès 2016. Car, c'est un fait, les français sont de moins en moins couverts pour le remboursement de leurs soins : selon la Mutualité Française, on comptait 500 000 personnes non couvertes par une mutuelle de plus en 2013 par rapport à 2011. Or, la décision de proposer une mutuelle obligatoire, censée donc améliorer l'accès aux soins, ne semble pas convenir à la population qui redoute une complémentaire mal adaptée à ses diverses attentes. Une réalité qui devrait conduire à une augmentation des souscriptions à des sur-complémentaires : si les salariés ne sont pas satisfaits de leur mutuelle d'entreprise, la sur-complémentaire leur permettra de profiter de garanties supplémentaires là où ils en ont le plus besoin (optique, dentaire, hospitalisation,…).